AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

La terre finit par boire le sang qui s'expose à la lumière. | [FB] Noces Noleen Harloi et Ramsay Bolton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: 
 :: 
Winterfell
 :: 
Le Château
Invité
Invité
MessageSujet: La terre finit par boire le sang qui s'expose à la lumière. | [FB] Noces Noleen Harloi et Ramsay Bolton Ven 1 Juil - 23:40

   
Les Noces de Sang

   
Avec un couteau, avec un tout petit couteau tenant à peine dans la main, mais s'immisçant finement dans les chairs étonnées et s'arrêtant à l'endroit, ici où frémissent tout entortillées
les sombres racines du cri.

   
La cérémonie d’abord. Les heures semblaient s’accélérer  depuis  ces derniers jours. Sur Roose Bolton se refermait le piège de sa dernière intrigue. Son fils n’aurait pu dire s’il se trouvait heureux ou non de le voir sombrer. Il l’avait reconnu, et il lui avait donné cette place à laquelle il aspirait depuis toujours ; mais sa situation était encore trop fragile. Un rien pourrait le faire chuter. Et cela il ne pouvait le permettre. C’est pour le bien de la famille, et de sa place dans celle-ci. Ce n’est pas contre vous père, vous étiez au mauvais endroit au mauvais moment.

L’épais manteau de neige recouvrait le bois sacré de Winterfell. Les pas faisaient crisser la neige. Son père se tenait à ses côtés, et il sentait le regard glacé de Bolton sur lui. Mais son esprit allait au lointain. A Noleen Harloi et à leurs noces sanglantes. Aux conséquences, aux possibilités. Mais pour rendre cela possible, il fallait payer le prix du fer. Les risques étaient si grands, juste devant lui ; il devait jouer cette partie finement. Tout était prêt. Autour d’eux, peu d’hommes, mais tous loyaux. Face à au fils et son père, s’avançant, les deux Harloi.

« Qui va là ? Qui s’avance devant les dieux ? »
Une autre fois, devant un autre barral, il avait déjà prononcé ces mots. Donella avait eu plus de difficultés à lui répondre que Noleen. Un sourire illumina son visage pale. « Moi, Lord Ramsay, de la maison Bolton, sire de Corbois. Je la revendique. Qui l'accorde ? » Il se tourna vers le père de celle qu’il prenait comme épouse. Pauvre fou condamné, qui ne reverra jamais la lumière du jour. Le continental en venait à regretter que l’homme fut son nouveau beau-père, car par égard pour son épouse il ne pourrait point user de lui pour se distraire. Qu’importe. Il y aurait d’autres Fer-Nés s’il devait y avoir la guerre. Cela occuperait les Gars qui plus est, il allait falloir se montrer prudent au Nord. Il en serait le seigneur légitime, mais sans son père il savait que quelques vassaux se montreraient audacieux ou au contraire s’effaceraient. Aller aider des Fer-Nés dans une guerre alors que l’on se remet à peine de leur dernier passage sur les côtes. Voir mourir la nuit des noces les deux pères. Le mariage bientôt déclaré nul. Cela faisait beaucoup de choses à faire accepter, surtout sur un territoire encore majoritaire loyal à une maison à l’agonie.

Faire revêtir à Noleen un manteau aux armes des Boltons. Prier.
Le visage sur le barral avec quelque chose de terrifiant et grotesque. Cette sévérité figée dans le temps, la blancheur osseuse du tronc. Mais face à lui, Ramsay n’avait pas peur des dieux. Il pouvait se formuler en lui-même le déroulement la soirée. Cérémonie, assassinats, négociations. Dans cet ordre. Il faudrait se débarrasser de l’encombrante femme de son père, cette Frey, mais il lui réservait un sort tout spécial. De toute façon, elle poserait moins problème que les pères.

Et enfin la conclusion, tout ce pourquoi cette comédie de mariage ce jouait. Soulever Noleen, et l’appuyer contre son flanc gauche. Ici, là, où sous le tissu la dague de fer a été accrochée. Tout est prêt. Dans moins d’une heure, le monde sera débarrassé de Hotho Harloi, sire d’Harloi et de la Tour des Moires, débarrassé de Roose Bolton, gouverneur du nord et sire de Winterfell et de Fort-Terreur. Longues vies à leurs enfants.


La porte se referma sur les deux époux, et Ramsay Bolton reposa sur le sol Noleen Harloi. Schlingue se tenait dans la pièce où ils venaient d’entrer. « Sers-nous du vin. » Les deux yeux gris se posèrent sur la Fer-Née, comme cherchant quelque chose en elle. Il attrapa les coupes apportées par la chose qui avait été Theon Greyjoy, et en tendit un à la Harloi, souriant. « A nos noces sanglantes mon amour. » Un certain délassement se lisait sur les traits du brun. « Je suppose que vous vous êtes préparée à ce qui vous attend ce soir ? A moins que vous n’ayez changé d’avis ? » Il y avait peu de chances qu’elle trouve la plaisanterie à son goût, mais il n’en avait cure. Elle devait se préparer à un assassinat et un duel judiciaire. Tout pouvait être plus simple… Il savait où son père avait probablement emmené le sien, il leur permettrait de les retrouver avec le moins de témoins possibles, les histoires étaient toutes prêtes, il serait ce soir maître des lieux. Il se demanda soudain si elle avait conscience de ce qu’impliquait l’inviter à une guerre, et l’idée qu’elle puisse l’ignorer lui procura un certain plaisir. Demande, et je te donnerai Noleen. Un demi-mensonge pour une semie-vérité. « Que voulez-vous ma mie ? Il y a bien un présent en cette nuit spéciale qui vous ferait plaisir. » Il était devenu plus sérieux sans que son sourire ne se soit dissipé. Il porta à sa bouche la coupe alors que de son autre main il allait chercher la dague cachée sous le tissu, l’accrochant là où la saisir se ferait rapidement.

Pour le moment au moins, ils devaient aspirer à la même chose.

   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage:
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Age : 21 ans
Maison/Rang : Suz. d'Harloi Ϟ Capitaine
Allégeance : Moi-même
Missives : 1041
MessageSujet: Re: La terre finit par boire le sang qui s'expose à la lumière. | [FB] Noces Noleen Harloi et Ramsay Bolton Mer 6 Juil - 21:43

Les Noces de Sang

ramsay & noleen
Funérailles du bouc, noces pour les loups.
L'heure semblait être à la satisfaction, voire aux réjouissances. Les noces qui se déroulaient sous le regard sanglant des anciens dieux chers aux Nordiens étaient un augure favorable : pour les pères des nouveaux époux, elles étaient évocatrices d'un avenir qu'on espérait prospère et dominateur. Prospère et dominateur, l'avenir le serait, oui... Mais ni Roose Bolton ni Hotho Harloi ne seraient là pour y assister. Leurs enfants y veilleraient, et les regards que ces derniers échangeaient, en même temps que leurs serments, ne laissaient place à nul doute. Noleen ne ressentait qu'une froide résolution lorsqu'elle songeait au parricide qu'elle commettrait ce soir, un acte qui vengerait la double-trahison de son géniteur. Il avait cru pouvoir vendre ses filles comme une pouliches à des étrangers et maîtriser son destin sans la consulter. Il avait assassiné son oncle Rodrik, un homme bon que la Fer-née aimait profondément, afin d'étancher sa seule soif d'ambition. Pour tout cela, ce soir le Bossu et Suzerain de Harloi rencontrerait sa mort.

Toutefois, au milieu de la neige et de la froidure qui gelait ses sentiments, l'imposante présence du barral aux yeux de sève pourpre ne pouvait manquer de renvoyer la brune à des pensées plus chaleureuses et autrement plus douces... Naeva. L'image de la guerrière blonde ne désertait jamais totalement son esprit, et prononcer son prénom en son for intérieur suffisait à lui faire retrouver un peu de cette sérénité à la fois forte, tendre et brûlante qu'elle ressentait auprès de la Sauvageonne. Mais ce soir, Noleen ne pouvait se permettre d'être distraite d'une quelconque manière, fût-elle aussi plaisante et chère à son cœur. Ce soir, elle n'était plus que l'épée du Noyé qui réclamerait le fer-prix, et la nouvelle Lady Bolton de Winterfell. Qu'importe si cela ne serait qu'une farce grossière ; Ramsay et elle joueraient leurs rôles à la perfection, et ni les dieux ni les hommes ne pourraient s'opposer à leurs desseins.

La proximité de Ramsay réveillait en elle des émotions contradictoires : elle avait beau le haïr de toutes ses forces à chaque fois que son regard se posait sur le malheureux Schlingue, elle ne pouvait nier que le jeune homme était pourvu de qualités intéressantes. Il était ambitieux et ne craignait pas de se salir les mains pour arriver à ses fins. Il était rusé, stratège et, d'une certaine manière, n'était pas dépourvu d'humour - un humour certes bien à lui, mais c'était mieux que rien. En bref, la capitaine était tout-à-fait consciente de sa chance d'être tombée lui en guise d'allié : si elle parvenait à faire abstraction de sa haine à son égard et s'il se révélait un partenaire loyal, Noleen pressentait qu'ensemble, ils pourraient changer la face de leurs régions et réellement peser dans l'échiquier politique. Bien vite, la Couronne aurait à compter avec un Nord carnassier et des Iles de Fer assoiffées tant de revanche que de sang... Mais surtout, ils seraient enfin indépendants. Libérés du joug illégitime de Continentaux et de gens du Sud à mille lieues des réalités de leurs territoires.

Quand l'héritier Bolton souleva Noleen du sol de ses bras solides, la jeune femme ne détourna pas son regard acier du sien. De l'extérieur, ils devaient apparaître comme un jeune couple sincèrement épris l'un de l'autre, mais l'ombre de sourire narquois qui flottait sur les lèvres de la brune n'était destiné qu'à son nouvel époux : une pointe de moquerie devant cet acte chevaleresque si en accord avec leur comédie romantique, mais dont ni l'un ni l'autre n'étaient dupes.

Une fois dans le secret de leur chambre nuptiale, Noleen accepta volontiers la coupe que lui tendait Ramsay. A présent qu'ils étaient seuls, les masques pouvaient choir et les jeunes gens parler franchement. La phrase de vœu de son nouvel époux amusa la brune tout en lui laissant un goût étrange en bouche : "mon amour"... Elle doutait fort que l'Écorcheur puisse aimer qui que ce soit, mais ce petit surnom collait parfaitement à la situation et cela la fit sourire.

- ... Et à la réussite de nos entreprises à venir. compléta-t-elle, pince-sans-rire.

Ce qui l'attendait ce soir ? Une fraction de seconde, Noleen se demanda s'il songeait sérieusement à une nuit de noces dans les règles de l'art, en dépit de ses avertissements passés - mais la suite du propos de Ramsay chassa cette éventualité. Tant mieux. Non pas qu'elle redoutât un affrontement avec le Nordien - il n'aurait pas été le premier homme à tenter de lui passer sur le corps... ni le premier à y laisser des plumes -, mais cela aurait sans doute bêtement porté préjudice à leur alliance toute neuve et si prometteuse.

- Changer d'avis, et abandonner un si plaisant projet ?... Allons, vous n'y songez pas.

Elle avala une gorgé de vin sans hâte, prenant le temps d'en savourer le goût musqué. Évidemment, cela ne valait pas le rhum, mais elle avait fini par s'habituer tant bien que mal à cette boisson rougeoyante. Quand on n'a pas ce que l'on veut...

- J'ai une promesse à honorer. murmura-t-elle encore sombrement, les yeux perdus dans les flammes dansant dans l'âtre de l'énorme cheminée de pierre. Oui, elle avait une promesse à honorer et rien ne lui ferait plus plaisir que de la tenir. Quant au fait que cela servait ses projets d'accession au Trône de Grès, eh bien... c'était une "heureuse coïncidence".

La question du brun la laissa pensive. En vérité, il y avait bien une chose que Ramsay pouvait faire pour elle...

- Nous avions mentionné un duel judiciaire, n'est-ce pas...? Or cela retardera encore le véritable lancement de nos projets et pour être tout-à-fait franche, cher époux, j'aspire à retrouver une certaine liberté. Pourquoi ne pas en finir une fois pour toutes ce soir-même ? D'ici quelques heures, Harloi pourrait avoir une nouvelle suzeraine... et le Nord un nouveau gouverneur, dans le même temps.

Elle eut un sourire indéchiffrable.

- A condition, bien entendu, que vous vous sentiez prêt à sauter le pas...

Cette pointe d'ironie n'était là que pour titiller un peu Ramsay : en réalité, Noleen ne doutait pas une seconde qu'il fût prêt à bien plus pour obtenir le titre tant convoité.


fiche codée par shirosaki

_________________




Life of an Ironborn

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La terre finit par boire le sang qui s'expose à la lumière. | [FB] Noces Noleen Harloi et Ramsay Bolton Jeu 7 Juil - 0:46

   
Les Noces de Sang

   
Avec un couteau, avec un tout petit couteau tenant à peine dans la main, mais s'immisçant finement dans les chairs étonnées et s'arrêtant à l'endroit, ici où frémissent tout entortillées

les sombres racines du cri.



   
Une promesse ? Le mot flotta dans son esprit un moment, et Bolton se résolut de garder pour plus tard sa question. La dague en place, il écouta en souriant son épouse. « Pour tout vous dire ma douce, je craignais que cela soit quelque chose qui vous tienne à cœur. Je déteste laisser ce genre de besogne à un autre, et le duel judiciaire entrainerait retards et témoins. Je ne veux rien de tout cela. » Oh non ! Il avait déjà résolu de porter lui-même le coup fatal à son père depuis un moment. Le désordre, cela n’aurait pu faire naître que le désordre. Mais un tel drame, cela appelait l’union – après tout Robb Stark était parti en guerre pour son père. Et le Nord avait besoin d’union, Roose le lui rappelait assez souvent. Ainsi que combien il était difficile de se trouver des alliés parmi les maisons du Nord. Mais Ramsay comptait le nombre de son armée, et voyait son père marcher en régicide au milieu de ses vassaux, et le regardait copuler avec l’énorme épouse qu’il avait ramené des Jumeaux. Tant de choses nuisibles, inutiles ! Non, cela était fait pour la famille. Et si cela assurait définitivement sa place dans celle-ci, ce n’était qu’un hasard bienheureux. « Mon père et le votre se trouvent certainement dans les appartements où l’actuel gouverneur du Nord travaille, et discutent sans doute de l’alliance qu’ils viennent de faire. Ils seront frappés cette nuit par des hommes loyaux aux Starks infiltrés, choisissant un mariage justement pour frapper celui qui tua leur roi à des épousailles. Demain, j’ordonnerai l’exécution de tous ceux dont on aura pu prouver qu’ils sont liés à cette tragédie. Nous en réchapperons miraculeusement, deux corps seront retrouvés dans notre chambre par des domestiques, alors que nous nous précipiterons pour prêter assistance, trop tard hélas, aux seigneurs Bolton et Harloi. Cette histoire vous plaît-elle ? » S’il y avait quelque chose de malicieux sur son visage, Ramsay était sérieux comme la mort. Il en venait presque à regretter que son père ne fasse pas partie de leur conspiration, car il lui aurait prouvé que lui aussi savait se montrer résolu et prudent lors d’entreprises risquées. « Le mariage sera annulé car, comme vous retournerez bien vite sur vos îles, et que notre celle nuit aura vu couler un autre sang que le votre, il n’aura jamais pu être consommé. Nous ne serons pas en contact pendant le deuil. En revanche, ayant traversé ensemble la perte d’un être très cher, nous resterons toujours bons amis. » Ce n’était plus l’Ecorcheur qui faisait face à Noleen, mais un gouverneur du Nord, un seigneur puissant. Son regard gris pâle avait un éclat tout particulier, un éclat terrible. Il était  calme, froid ; et, peut-être pour la première fois de sa vie, il ne tirait aucun bonheur du meurtre qu’il allait commettre. Plusieurs fois en y réfléchissant ou en parlant avec Azdyr, il s’était demandé si lors de son premier arrangement avec la Fer-Née, il ne s’était pas laissé trop emporté par ses pulsions. La femme était belle et forte, terrible elle aussi, et elle éveillait en lui un des plus bas désirs, mais il se contenait. Il était animé par autre chose, une résolution si forte qu’elle balayait le reste. Elle occultait la bassesse des vices humains, et laissait une logique froide. « Quand je serai à la place de Roose Bolton, et vous à celle de Hotho Harloi, nous aurons une discussion sur les termes de cette amitié, car nos promesses n’auront aucun sens si nous promettons ce qui n’est pas encore notre. » Et cela était le principal manque de son plan, ce qu’il exigeait d’elle, elle ne pourrait le lui offrir que sur le Trône de Grès. Mais le temps n’était pas encore aux discussions sans fin, et aux réflexions : le temps était aux actes. Il reposa lourdement sa coupe à présent vide sur le plateau que tenait toujours Schlingue, qui laissa échapper un gémissement plaintif. L’expression de l’ancien bâtard devint moqueuse et méprisante à l’égard de sa créature. Il prit tout de même sur lui pour pouvoir offrir un sourire joyeux à son épouse en reportant son attention sur elle. « J’ai les corps des traîtres que je veux accuser, je n’ai pas leurs mains pour frapper, et pour tout vous dire je trouverai méprisable de ne pas tenir moi-même la dague. Voulez-vous me suivre, je vous conduirai à la mort et au pouvoir mon amour. » Il lui offrit son bras toujours jovial, et l’entraina dans Winterfell.

Le château ne lui rappelait pas du tout Fort-Terreur, et cette aura du domaine des écorcheurs il ne la retrouvait pas dans ce qui avait été la maison des Loups. Mais il reconnaissait la force symbolique du lieu. Les appartements de son père étaient non loin des siens, mais son bureau était adjacent à la salle de réception et de doléances, au rez-de-chaussée. Cependant, les dédales de couloirs étaient tous vides, montrant encore le zèle que l’Ecorcheur avait mis dans la préparation du lieu. Près de la salle se tenait Azdyr, son long manteau de soie trainant paresseusement sur le sol, un grand poignard au côté. Il avait cette attitude lasse et ce sourire ironique qui ne le quittaient pas. Il le présenta brièvement comme son homme de confiance à Noleen, mais le mestre avorté ne réagit même pas. « Ils sont dedans. Ils sont seuls. Et personne n’entrera ni ne sortira sans ton autorisation… sire. » Ramsay acquiesça. Tout se déroulait à merveille. « Nous voilà ma dame en face du piège que nous avons tissé. Les proies sont dedans et ne le savent même pas encore. Elles n’ont pas le loisir de garder l’espoir que se ronger une patte leur suffira pour sortir. » Il la détailla un instant, plongeant ses yeux dans l’océan des siens, laissant son regard trainé sur les traits harmonieux du visage, les attributs féminins, le corps ferme et jeune. La première fois qu’ils s’étaient rencontrés, il avait senti quelque chose chez elle. « Je vous crois en colère contre votre père, je ne me trompe pas ? J’imagine que nous devons tous deux porter beaucoup de colère en nous pour nous fixer un tel but. En amie, me diriez-vous pourquoi ? » S’il s’était un peu assombri depuis qu’ils avaient quitté la chambre, sa voix gardait ses accents joyeux. « Je vous ai proposé de vous offrir quelque chose en cette nuit, et je le ferai avec joie. Mais puis-je espérer de ma délicieuse épouse un présent à mon tour ? » Il marqua un temps sans fermer la phrase, songeant que la proximité des deux condamnés ne lui provoquait aucune joie. « Laissez-les voir le piège se refermer sur eux avant de frapper. Je… je me demande quels visages ils auront en cet instant. » C’était une joie personnelle, il faisait durer l’espoir jusqu’au dernier moment, jouissant intérieurement de la détresse de sa victime quand la dernière lueur s’éteignait à l’horizon, et qu’elle comprenait que son sort avait été joué dès l’instant où le regard gris pâle s’était posé sur elle. Mais il n’avait pas pu lui dire, non par pudeur mais parce que même en le formulant, il avait eu comme un goût de cendres dans la bouche. Il se sentait inquiet de cette absence de joie et se tourna désespérément vers son ami cherchant à se retrouver lui-même à travers lui, craignant que sa personnalité et la résolution ne se fondent à jamais l’une dans l’autre et qu’il se perde en route. « Que l’épouse de mon père soit gardée, les filles sont-elles prêtes ? » Le frisson qui le parcourut en se rappelant le sort promis à l’énorme épouse de son père le rassura totalement, et il ne prit même pas le temps d’écouter la réponse.

Ramsay Bolton ouvrit la porte, et les époux s’engouffrèrent dans la pièce où leurs pères bavardaient.


   
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Personnage
Cristarium:
Mariage:
Vos relations:
Voir le profil de l'utilisateur

Age : 21 ans
Maison/Rang : Suz. d'Harloi Ϟ Capitaine
Allégeance : Moi-même
Missives : 1041
MessageSujet: Re: La terre finit par boire le sang qui s'expose à la lumière. | [FB] Noces Noleen Harloi et Ramsay Bolton Mar 19 Juil - 15:54

Les Noces de Sang

ramsay & noleen
Funérailles du bouc, noces pour les loups.
La réponse de son jeune époux plut à Noleen, qui leva un sourcil satisfait. A ses yeux, laisser d'autres faire le sale travail était une marque de lâcheté et de faiblesse. En revanche, si le plan projeté Ramsay lui convenait parfaitement d'un point de vue purement stratégique, la mention de l'élimination des "assassins" lui laissa un goût amer en bouche... La brune était attachée à l'idée qu'elle se faisait de la justice et jamais elle n'aurait permis qu'on exécute ainsi des innocents, encore moins pour leur faire endosser un crime qu'elle avait elle-même commis. Le duel judiciaire avait cet avantage notoire que nul autre qu'elle n'aurait risqué sa peau - si tant est qu'elle eût risqué quoi que ce soit, puisque les deux comploteurs avaient émis l'idée d'affaiblir le Gouverneur du Nord en usant d'une drogue quelconque.

Néanmoins, Noleen devait admettre qu'il n'y avait pas de meilleure solution pour la réussite de leur entreprise : et puis, du moment que cela ne concernait pas les siens, elle n'était pas responsable de la vie de ces hommes. Ils étaient à Winterfell après tout ; s'ils s'étaient trouvés à Harloi, les choses auraient été différentes, mais ici... C'était la demeure de Ramsay, ses hommes, ses règles du jeu.

- Vous semblez avoir songé à tout, se contenta de répliquer sobrement la Fer-née. Je me réjouis de m'être liée à un homme qui sache manier les idées aussi bien que le fer.

A nouveau, un léger sourire apparut sur ses lèvres mais il était dépourvu d'ironie. Les toutes premières fois que le nom de Ramsay Snow était parvenu à ses oreilles, c'était pour vanter sa violence lors des combats. Les rumeurs promptes à s'emballer l'avaient même dépeint avec les yeux virant au rouge au cœur d'un affrontement... Rien que ça ! Peu sujette aux superstitions, Noleen s'en était amusée; toutefois la conscience qu'il s'agissait probablement d'un bon guerrier était restée. Le Nordien n'excellait peut-être pas quant à la technique, mais l'audace, la force et le goût du sang semblaient compenser largement cette lacune.

Lorsque le jeune homme aborda néanmoins la question des termes de l'alliance qui seraient à revoir, Noleen plissa les yeux, surprise et instinctivement méfiante. Ramsay cherchait-il à l'embobiner ?... Car ce n'était certes pas à son avantage de négocier ses exigences après qu'elle ait obtenue ce qu'elle voulait, et bien peu de Continentaux s'y seraient risqués avec un Insulaire. Mais peut-être voulait-il montrer par là qu'il lui faisait confiance pour qu'elle respecte leur accord en toute bonne foi, le moment venu...? Par chance pour lui, Noleen n'envisageait pas de lui faire faux-bond sur ce point : leur alliance pourrait être trop précieuse dans les temps à venir.

Comme Ramsay la guidait jusqu'à la pièce où se déroulerait le dernier acte de la tragédie, un jeune homme en habits de mestre fut présenté à la Capitaine. Son regard perçant et dénué de chaleur, semblable à celui d'un reptile, la répugna profondément et elle le détesta sur-le-champ. Noleen ne doutait pas qu'il fût intelligent pour que Ramsay s'en remette à lui de la sorte, mais il y avait quelque chose chez Azdyr qui lui donnait la chair de poule en dépit de tout son sang froid. Celui-ci n'ayant par ailleurs même pas daigné la gratifier d'un regard, la brune résolut de l'ignorer royalement à son tour - non par orgueil blessé, décida-t-elle intérieurement, mais parce qu'il faisait déjà suffisamment froid en ces murs pour en plus désirer sympathiser avec un être si glacial.

Mais la question que lui posa soudain son allié concentra son attention. Elle garda le silence un bref instant, continuant de s'étonner de l'intérêt de Ramsay à son égard : simple politesse, sympathie naissante ou désir sincère d'une certaine amitié ? A moins que le Nordien ne cherchât à cerner davantage son caractère afin de découvrir ses faiblesses pour mieux les exploiter...? Cette atmosphère empestant la trahison et les coups dans le dos ne portait pas vraiment à la confiance. Cependant, jugeant qu'elle n'avait rien à craindre en divulguant certains éléments de la vérité, Noleen ne tarda guère à répondre tout en dardant son regard acier dans celui, pâle et attentif, du brun:

- Mon père a cru pouvoir me dicter mon destin quand il a marchandé ce mariage. Après ce soir, nul homme ne s'avisera jamais plus de tenter de choisir à ma place quelle vie je dois mener...

Sa voix s'était faite inflexible mais aussi dangereusement adoucie, comme la mer peut l'être alors que déjà s'amoncellent à l'horizon les lourds nuages annonciateurs de la tempête.

- ... du moins, pas sans avoir sérieusement considéré la question.

Elle eut un sourire féroce. Elle ne mentionna pas la colère qu'elle avait ressenti quand elle avait appris que son père avait accepté qu'Alayss, la créature la plus douce et la plus pure qu'elle connaisse, devienne la pupille de Roose Bolton, enfermée à Fort-Terreur jusqu'à sa majorité, loin des siens, si vulnérable... Cette idée avait horrifié de sa grande sœur. Peut-être se trompait-elle sur le compte de sa cadette, peut-être Alayss aurait-elle pu supporter cette nouvelle vie... Mais la priver de ces vagues auxquelles elle dédiait ses chants, cela aurait été cruel. Toutefois le souci que Noleen avait de sa sœur lui appartenait, et elle n'avait pour l'heure aucune envie de la partager avec l'Écorcheur. Par contre, elle poursuivit sombrement :

- De surcroît, j'ai fait le serment de venger le meurtre de mon oncle. Mon père l'a trahi pour arriver à ses fins. Que celui qui a trahi et tué par l'épée soit également trahi et tué par l'épée.

Cette sentence sonnait comme une sombre prophétie, et la brune rassembla sa volonté. L'instant fatidique était tout proche, et elle craignait vaguement que sa résolution ne vacille si elle se laissait aller aux souvenirs de son enfance... Hotho Harloi avait été un père très dur, mais il avait fait d'elle ce qu'elle était. Une Capitaine respectée. Une Fer-née jusqu'au fond des tripes. Il l'avait formée et tous deux avaient même partagé une certaine complicité, leurs caractères les rapprochant sensiblement. Pourtant, elle ne pouvait lui pardonner ce qu'il avait fait ; sa liberté et son intégrité étaient à ce prix.

En entendant la requête de Ramsay, elle le dévisagea d'un œil impassible comme si elle cherchait à lire en lui, avant de hocher lentement la tête en signe d'accord. Était-il seulement possible que l'Écorcheur junior ait des doutes ?... Noleen lui lança un dernier regard destiné à l'encourager, et ils entrèrent ensemble dans la pièce où se tenaient leurs pères.

Les deux hommes paraissaient détendus et conversaient avec une certaine affabilité, une coupe de vin à la main. Hotho Harloi affichait une bonne humeur inhabituelle et son visage tanné par le sel et le vent marin s'éclaira encore en apercevant les jeunes mariés.

- Eh bien, on tarde donc à la besogne ?... Je ne doute pourtant pas que cette épée-là soit désireuse de découvrir son fourreau flambant neuf !

Le Bossu désigna d'un coup d'œil sans équivoque l'entre-jambe de son gendre et éclata d'un rire gras. Prenant sur elle pour ne rien laisser paraître de son exaspération, Noleen saisit le bras de Ramsay avec une tendresse volontairement exagérée pour l'occasion, son regard naviguant entre leurs pères respectifs.

- Nous désirions seulement vous souhaiter une douce nuit avant de rejoindre notre chambre, et vous remercier encore tous deux pour votre clairvoyance. Je n'aurais pu rêver meilleur partenaire de vie que Ramsay, fit-elle, avec aux lèvres un sourire où se mêlaient l'adoration et le ravissement.

Puis, lentement, elle quitta le jeune homme pour refermer derrière eux la lourde porte de bois sombre.

- L'honneur vous revient, cher époux... Vous êtes chez vous, après tout.

Son regard devint aussi froid et insondable que les abysses les plus profonds.


fiche codée par shirosaki

_________________




Life of an Ironborn

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La terre finit par boire le sang qui s'expose à la lumière. | [FB] Noces Noleen Harloi et Ramsay Bolton
Revenir en haut Aller en bas
La terre finit par boire le sang qui s'expose à la lumière. | [FB] Noces Noleen Harloi et Ramsay Bolton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Il ne faut pas boire de sang.
» Wimber Spectre Terrestre de la Chauve-souris [ok]
» 2ème épreuve : Le Rituel du Sang [réservé aux Adorateurs de l’Arcane XIII]
» C'est pas bien de boire ...
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Winter of Blood :: 
 :: 
Winterfell
 :: 
Le Château
-
Sauter vers: